Loader

Los nodos en astrología occidental según Hermann de Carintia (P. Sanchis)

Los nodos en astrología occidental según Hermann de Carintia (P. Sanchis)

En astrología occidental no encontramos en los autores listas detalladas de las analogías de los nodos, salvo frases muy escuetas tipo “bueno con los buenos y malo con los malos”.  Nunca se tomaron la molestia de escribirlas, tal vez por no ser planetas.

Personalmente, uso las analogías  que encontré en libros de astrología védica (de Denis Labouré) y me van muy bien.  Hace tiempo que desterré las interpretaciones new age, porque nada sé de mis vidas anteriores (si las tuve) y nada podré verificar sobre ellas con un tema astral.  No me gusta estudiar cosas que no puedo poner a prueba.  Tampoco me gusta que me digan cuál es mi misión en la vida, y que me marquen metas y objetivos.  Creo que somos bastante adultos para elegirlos solitos.

El caso es que traduciendo a Hermann de Carintia encontré comentarios suyos sobre los nodos.  En realidad, todos los autores clásicos los hacen, pero sembrados por allí, sin orden alguno.  Se me ocurrió recogerlos y este es el resultado.  Pongo en cursiva las frases literales:

1-« La Cabeza del Dragón es de naturaleza del Sol y la cola de Saturno. »

2- Respecto a las trabas de la Luna, dice que está trabada: “En los domicilios o términos de infortunas, o en contacto con estas, o con la cabeza o la Cola del Dragón“.

3-A la hora de buscar tesoros dice: “El significador con la Cola o la cabeza del Dragón en IV o V describe el dinero enterrado“. Lo de los tesoros se refiere obviamente a la costumbre de esconder el dinero dentro de la casa o el patio en unos tiempos en los que la gente no tenía libreta del banco.  Luego se morían y pasaba lo que pasaba, que los herederos iban buscando como locos.

4-“El significador con la Cabeza del Dragón en su exaltación o en X indica que la pregunta versa sobre el rey

5-“El significador con la Cola del Dragón indica que la pregunta es sobre una controversia o sobre maleficios, sobre todo si Mercurio aporta testimonio”.

6- “El significador con la la Cola o Cabeza del Dragón en IV o V describe dinero enterrado en el suelo […]. Con la cabeza, puede ser un lugar elevado, con la Cola, un sitio que produce estremecimiento y tenebroso

7-También dice que los nodos pueden señalar “cosas que se están apartando“.

8- « La Cola del Dragón con el significador en un signo fijo designa un bastón de madera roto o podrido

 9-Entre las debilidades de los planetas cita: “estar con la Cola del Dragón”.

Se puede encontrar comentarios parecidos en muchos autores antiguos.  ¿Qué se puede deducir de ello?  Pues que, a pesar de no darnos listas de analogías, tenían claras unas cuantas cosas:

-Los nodos son significadores maléficos, aunque más el sur que el norte.

-El norte puede ir asociado con personajes elevados u objetos en alto, pero eso no lo convierte en benéfico.  Aunque a veces lo asocia con cosas enterradas, también lo asocia con objetos o personas en las alturas físicas o sociales.  Hay pues una parte de oscuridad (lo cual es normal porque es un punto donde se producen eclipses), pero que no impide la elevación.  Curioso, no: Está arriba, y sin embargo lleva la sombra consigo. Se entiende así por qué lo asocia al Sol, cuando otros autores dicen que se parece a Júpiter, cosa menos lógica en mi opinión.

-El nodo sur describe cosas enterradas, lugares oscuros y horrendos, controversias, maleficios, cosas rotas o podridas.  Tiene pues muchas analogías de Saturno por lo oscuro, el espíritu crítico (controversias), lo roto o podrido, pero lo de los maleficios relaciona el nodo sur con energías ocultas malignas, con magia oscura.

Os recuerdo unas cartas horarias que puse en un artículo sobre un niño español que cayó a un pozo de 30 cm de diámetro y 100 metros de profundidad.  El significador del niño era Mercurio, en la IV (el “ángulo de Tierra”), con Saturno y el nodo.  ¿Qué lugar más horrendo se puede imaginar?

Invito pues los lectores a buscar en los textos antiguos pequeños indicios como estos para reelaborar de una vez un corpus teórico válido sobre los nodos.  Hay muchas indicaciones sobre los nodos en Ibn Ragel o Ibn Ezra y otros.  Habría que recopilarlas e interpretarlas para elaborar una lista actualizada de analogías de los nodos.

Pongo abajo la horaria sobre el niño que cayó al pozo:

Les nœuds chez Hermann de Carintia

Les auteurs classiques ne décrivent jamais les analogies des nœuds, probablement parce qu’ils ne sont pas des planètes, mais un point d’intersection qui implique les deux luminaires et leurs éclipses.  C’est ce vide qui a facilité l’éclosion d’interprétations new age sur le destin passé et futur, et notre « devoir » dans la vie présente, tout ce que nous « devons » laisser aller ou développer.  J’insiste sur le verbe « devoir », car on nous les présente comme s’il s’agissait d’un examen vital, avec en plus la menace de nous faire redoubler cet examen dans d’autres vies.

Mais, même s’ils nous ne facilitent pas une liste d’analogies, on peut trouver ça et là des commentaires des auteurs classiques qui nous donne un aperçu de leur interprétation des nœuds.  Voyons un peu ce que nous en dit Hermann :

1-« La Tête du Dragon est de la nature du Soleil; la Queue, de Saturne. »

Là nous avons une comparaison orientative qui suggère que la Tête peut être significateur de succès (Soleil), alors que la Queue décrit plutôt des choses sombres (Saturne).

2-Quant il parle des entraves de la Lune, Hermann spécifie qu’une de ces entraves serait être: « Dans les domiciles ou termes des infortunes, ou en contact [avec elles], ou avec la Tête ou la Queue [du Dragon]. »

Le passage est intéressant, car il place aussi bien la Tête que la Queue du Dragon au même rang que les infortunes.

3-Dans un autre passage, Hermann explique à propos de la recherche de trésors: « Le maître avec la Queue ou la Tête [du dragon] en IV ou V, [décrit] de l’argent enterré. »

La IV est la maison des parents, et la V est la II de la IV (l’argent des parents).  Les nœuds sont les points sur lesquels se produisent les éclipses.  Lors d’une éclipse, l’un des luminaires est caché, il perd sa lumière. Il est donc comme enterré.  Nous nous y atendions pour le Nœud Sud (analogue à Saturne selon Hermann), mais moins pour le Nœud Nord.

4-D’autres commentaires de Hermann sont tout aussi interessants :

« Le maître avec la Tête [du Dragon] dans son exaltation ou en X ; [la question est sur] le roi.  En domicile, c’est indice de la recherche d’un trésor. »

« [Le maître] avec la Queue [du Dragon], [indique que la question est à propos] de controverse ou d’enchantements, surtout si Mercure apporte son témoignage. »

Le maître dans son exaltation ou en X nous laissait entendre que la question était sur un personage important (exaltation, X).  Qu’apporte donc le Nœud Nord? Il semble qu’il contribue à augmenter cette détermination.  Pourtant, nous avons vu auparavant qu’il était classé parmi les maléfiques.  Serait-il donc maléfique parce qu’il donne « trop », ou du moins une certaine exagération ? Ou est-ce qu’il désigne des personages importants (comme le Soleil si nous suivons Hermann) mais pas très bénéfiques ?

Avec le Nœud Sud, c’est une autre chanson : controverse ou enchantements.  Peut-on donc lui atribuer un caractére critique et quelque peu agressif (controverse), ou une certaine malignité (enchantements et maléfices de magie noire) ?

5-Une autre explication de Hermann : « Le maître avec la Queue ou la Tête [du dragon] en IV ou V, [décrit] de l’argent enterré au sol ; Jupiter, dans un mur.  Vénus, près de berceaux et de chambres à coucherSaturne, dans un endroit fétide, obscur et sale.  Mars, près de locataires et de choses enflamables.  Le Soleil, au milieu de la maison.  La Lune, dans un endroit de transport ou près des logements de femmes. La Tête du Dragon, dans un endroit élevé; la Queue, dans un lieu qui fait frissoner et ténébreux. »

Nous avons là des analogies concrétes :

-Nœud nord : il peut indiquer qu c’est de l’argent enterré, mais aussi « un endroit élevé »

-Noud Sud : « dans un lieu qui fait frissoner et ténébreux ».  C’est tout à fait du Saturne : enterré et sombre.

6-D’autres commentaires :

-« Car le maître de l’Ascendant et le signe où il se trouve désignent la chose même.  Si ce maître est libre [des infortunes], fortuné et puissant, il désigne une chose saine et précieuse ; corrompu et rétrograde, le contraire. Si c’est Saturne corrompu, [le maître de l’Ascendant indique] un objet en mauvais état et desséché ; si c’est Mars [corrompu], [il indique une chose] coupée au fer ou brûlée par le feu ; si c’est la Tête ou la Queue [du Dragon] qui sont rétrogrades, [elle indique] un objet en retrait qui passe d’un état à l’autre. »

– « La Queue [du Dragon] avec le significateur dans un signe fixe, [désigne] un bâton ou du bois brisé ou pourri ; dans [un signe] de terre, de nature terreuse ; dans ceux de feu, des briques ou des poteries brisées, de même que dans les degrés de l’Ascendant. »

-Il classe parmi les faiblesses des planètes :  « [Être] avec la tête ou la Queue [du Dragon] »

Conclusion

Aussi bien le Nœud Nord que le Nœud Sud semblent être des significateurs maléfiques.  Même si Hermann compare le Nœud Nord avec le Soleil, il le range deux fois au même rang que Mars et Saturne.  Ce qui n’est guère étonnant, puisqu’il s’agit du point où se produisent les éclipses.

Mais le Neud Nord peut désigner aussi des lieux ou personages élevés, même s’ils ne semblent pas bénéfiques.

Le Nœud sud a des analogies plus sombres : des choses enterrées, des endroits sombres et épouvantables, des controverses, des maléfices, des choses brisées ou pourries.

Il y a quelques mois, un enfant espagnol de deux ans était tombé dans un trou de 30 cm et 100 mtres de profondeur, résultat d’une perforation à la recherche d’un puits.  Son père affirmait l’avoir entendu pleurer. J’avais lever un thème horaire, pour demander si l’enfant était mort (ce qui semblait le plus probable) :

Le significateur de l’enfant était Mercure, en Capricorne en IV, coincé entre Saturne et le Nœud Sud.  Hermann aurait dit que l’enfant était  « dans un lieu qui fait frissoner et ténébreux ».  Il est mort des blessures de la friction de la chûte dans le puit (Mars), et enseveli et étouffé par la terre qui lui est tombée dessus (Saturne).

Il me semble donc que les exemples que nous donnent Hermann et d’autres auteurs classiques pourraient nous servir pour reconstruire les analogies des Nœuds en astrologie occidentale qui sont probablement très semblables à celles que leur attribue l’astrologie védique.

Canals, a 29 de abril de 2020

 

 

 

No Comments

Post A Comment